Archives mensuelles : décembre 2010

Une rénovation proche du passif

Au départ, nous souhaitions faire construire une Maison Ossature Bois pour arriver à avoir une maison passive. Nous avions même trouvé un terrain et commencé à faire les plans avec une architecte. Lors de la signature du compromis, le notaire avait prévu une clause permettant de nous retirer si le coût des fondations dépassaient le coût normal de fondations. Après l’étude de sol (que n’avait pas faite les vendeurs), il s’est avéré que nous devions mettre des micropieux. Devant le surcoût (environ 50 000€ HT), nous avons préféré nous retirer.
Mais nos lectures nous avaient appris qu’il fallait de l’inertie dans une maison passive, et tous les bouquins sur le sujet vantaient l’inertie du pisé. Nous avons cherché une maison en pisé orientée sud (dans le beaujolais, les façades principales sont souvent est et ouest), tout en regardant des terrains.

Un jour, nous avons visité cette vieille fermette en pisé à rénover. Une cour fermée par un grand portail en bois, un jardin attenant, un four à pain, un puits (25 m de profond mais malheureusement sans eau), un bel escalier en pierre et du potentiel (terme consacré, dit-on). Nous avons craqué, après avoir fait appel à un architecte qui connait bien le pisé et qui nous a confirmé que les murs ne risquaient pas de s’effondrer, mais qu’il allait falloir les assainir en raison du salpêtre qui imprègne le bas des murs.

Notre but, c’est de transformer cette maison de façon à ce qu’elle s’approche le plus possible du passif. Donc, isolation, isolation.

Tout ou presque est à faire: grosso modo, il reste les murs puisque l’on va reprendre la toiture et que l’on va décaisser.

A terme, cette maison sera grande, trop grande pour deux, mais elle nous permettra de recevoir nos enfants lorsqu’ils viendront nous voir, puisqu’ils sont tous partis travailler à au moins 2 heures de route. Le rez de chaussée pour nous, de façon à pouvoir être de plain pied et ne pas avoir d’escaliers à monter dans nos vieux jours. L’étage pour les enfants et petits-enfants.

Pour nous accompagner dans notre démarche, nous avons demandé à Thierry Baruch, avec qui j’ai suivi des chantiers école et des chantiers participatifs sur les enduits terre et chaux, de nous guider. Il est donc venu visiter la maison le lendemain même de la signature définitive (il y avait un tel bazar dans la maison avant cela qu’il était difficile de prendre des mesures ou de décider ce qui devait être fait).

Mots-clefs