Archives mensuelles : août 2013

dalle pour local à granulés

Il faut bien stocker les granulés quelque part, et de préférence pas trop loin de la chaufferie. Après avoir envisagé de faire le local à granulés là où on a finalement décidé de mettre la chaufferie (celle-ci se serait trouvée là où on a décidé de mettre la salle d’eau du bas), nous avons changé notre fusil d’épaule. C’était bête de mettre la chaufferie dans une pièce avec fenêtre, alors que la salle d’eau allait être dans l’obscurité.

préparation avant coulage de la dalle

préparation avant coulage de la dalle

Nous allons utiliser l’espace de l’ancien cochonnier et des anciens WC extérieurs pour réaliser le silo à granulés. Heureusement, nous avions décidé de le faire à cet endroit avant de couler la dalle dans la maison, car comme on le voit sur la photo, il a fallu amener plusieurs tuyaux. Deux pour l’aspiration des granulés, un pour amener l’électricité depuis la chaufferie et un pour l’air dont aura besoin la chaudière.Lorsque j’ai fait toutes les tranchées pour les drains et les évacuations, j’en avais profité pour passer ces tuyaux et les pré-positionner.

Après avoir dégagé toutes les cochonneries (sans jeu de mots) entassées là dedans depuis le début du chantier, j’ai découvert qu’il y avait une dalle en béton comme sol dans le cochonnier. Je m’en étais réjoui, ça allait me faire gagner du temps. Malheureusement, une fois tout étant dégagé, j’ai décidé de la casser car elle n’était absolument pas plane. Je n’aurais jamais réussi à mettre la vis sans fin ni les montants en bois qui feront l’ossature. Tout aurait été de guingois. Tant pis, ça m’a pris plus de temps, mais il fallait la casser.

Une fois la dalle cassée et évacuée à la déchèterie, j’ai mis des gros cailloux, puis des moins gros et enfin du gravier que j’ai damé (merci à Olivier qui m’a prêté sa dameuse). Du fer à béton (posé sur des cailloux de façon à ce que le béton puisse l’englober). Des rails pour les niveaux. C’est l’occasion de voir que mon gravier n’est pas étalé de manière parfaitement plane. Mais peu importe. C’est la dalle qui va tout mettre de niveau.

Bernadette étale et passe la taloche

Bernadette étale et passe la taloche

Le ciment (sans adjuvants), c’est comme la chaux, ça n’aime pas es températures trop basses ou trop hautes. Or ces derniers jours, il faisait 36°. Beaucoup trop pour du ciment. Par contre, la météo annonce 28 pour aujourd’hui et demain. J’ai donc commencé à couler la dalle et Bernadette est venue très vite m’aider. Heureusement car en ayant commencé à 8h45, on a terminé à 13h30. Si j’avais dû faire tout seul, j’aurais certainement mis plus du double du temps. On voit Bernadette, à l’ombre du parasol en train de talocher le béton qu’elle avait tiré à la règle. Je peux vous assurer qu’il fait bien chaud et qu’au soleil, on cuit. Espérons que la dalle n’en souffrira pas.
Dans quelques jours, je m’occuperai des cloisons en ossature bois. Il me faudra mettre la toiture avant de finir le côté nord car il faut mettre la vis sans fin à l’intérieur du local. Elle fait 2,50m. Mais tout ça attendra notre retour de Vaison-la Romaine où nous allons chanter le Te Deum de Gounot  avec notre chorale dans le cadre des choralies.

 

Mots-clefs