Archives mensuelles : décembre 2013

Le poêle est installé

le poêle dans le salon

le poêle dans le salon

Les choses avancent, même si ça ne va pas aussi rapidement qu’on le souhaiterait. Cette semaine, le poêle que l’on avait réservé en juin vient d’être installé. En juin, nous avons profité des soldes pour aller choisir le poêle. Nous n’avons pas hésité longtemps, car dans cette grande pièce, il faut un grand poêle. Pourquoi avoir attendu début décembre pour l’installer ? C’est simple, il fallait attendre que le sol soit prêt. Or les terres cuites ont été posées fin septembre et il fallait que la chape et les terres cuites soient suffisamment sèches pour pouvoir mettre un gros poids sur le sol.
Il y a un très bon tirage car au moment de faire l’isolation par l’extérieur, côté nord, j’ai percé le mur pour faire passer une gaine qui amène l’air dans le poêle. Les installateurs nous ont demandé si on voulait que le tuyau d’arrivée d’air soit relié au poêle ou si on le laissait tel quel, çàd sortant du mur. Je ne comprends pas qu’aujourd’hui on puisse encore poser une telle question. Il faut rendre les maisons le plus étanches possible à l’air et on ferait rentrer l’air directement dans la pièce !!! Nous avions justement sélectionné un poêle qui pouvait être utilisé dans les maisons étanches. Tous n’ont pas une entrée d’air directe prévue. Il y en  a encore beaucoup où le poêle prend l’air de la maison. C’est bien dans une maison passoire, mais pas dans ce que nous essayons d’obtenir.

Pour l’instant, on s’occupe des terres cuites du salon et ce weekend, on devrait huiler une moitié de la pièce. Lorsque toute la pièce sera finie, je m’attaquerai à la VMC double flux que je suis allé chercher aujourd’hui. Un sacré chantier en perspective !!

Le mur nord derrière le poêle

Mes conscrits étaient venus m’aider pour faire du TPC (Terre-Paille-Chaux) sur ce mur et j’ai attendu qu’il soit sec pour faire l’enduit de finition (terre, sable et chaux NHL2).

Mur nord derrière le poêle

Mur nord derrière le poêle

Comme il y avait pas mal d’irrégularités après le TPC, j’ai fait en deux couches ou plus précisément, j’ai fait deux couches à certains endroits. Ce mur est prolongé par le mur en moellons de l’étable (le mur en pisé s’était effondré il y a plus de 40 ans, probablement à cause du salpêtre du à l’urine des animaux). Ce mur en moellon est nettement moins épais que le mur en pié<; il y  donc un décochement entre les deux murs. Et la jointure était vraiment très abimée. Il m’a fallu faire au moins 5 passages au TPC pour rattraper et mettre à peu près droit. Bernadette a profité de ce décochement entre les deux murs ( voir la photo prise lors du chantier de pose des terres cuites, où l’on voit bien l’état du mur derrière Frédéric)

le mur nord dans son jus

le mur nord dans son jus

pour imaginer une décoration en forme d’arbre. Il est en TPC et en relief. Nos visiteurs vont tous toucher la texture car on dirait presque de l’écorce.
On voit en fond le tuyau pour le poêle qui sera posé demain après-midi. On voit aussi les gaines électriques qui permettent d’éclairer les différentes parties de la pièce. Pour l’instant, elles passent dessous mais lorsqu’on aménagera l’étage, on les fera passer par dessus (en fait, on veut éviter de les écraser en marchant dessus ou éviter de buter dedans tant qu’on marche sur le 1er plancher (celui qui sert de plafond au salon). Lorsqu’il y aura isolation phonique et plancher final, il n’y aura plus de risque de les abîmer.

Ah, j’ai oublié de préciser qu’après l’enduit de finition, j’avais fait des plinthes maçonnées et j’avais passé deux couches de chaulage (chaux CL 90). Plus tard, quand les autres murs seront terminés, on mettra de la couleur avec des ocres, mais pour l’instant, on veut faire propre.

Je ne vais pas faire un article spécial pour le nettoyage des terres cuites et le passage de l’huile de lin dans la pièce à gauche de l’escalier, mais c’est fait. Les odeurs commencent à s’estomper. Bernadette envisage de faire un cours Feldenkrais pour inaugurer la salle. Mais décembre est très chargé. On verra bien

Mots-clefs