Archives mensuelles : octobre 2014

quelques avancées

Pas de photos pour cet article, car il n’y a rien de très photogénique (le dit-on pour ça ?)

Nous avons presque terminé notre chambre, puisqu’il ne reste plus qu’à faire le plancher final. Mais comme on n’a pas encore défini exactement comment on allait faire, il nous faudra tout re-démonter pour faire le plancher.

J’ai fini les enduits, passé deux couches de badigeon à la chaux sur les murs en pisé, fait les enduits de rebouchage et de finition sur les cloisons en fermacell. Pour poncer les cloisons, je me suis acheté une ponceuse girafe et je ne regrette pas l’investissement, pour l’instant. Pas de poussière car la ponceuse est reliée à l’aspirateur de chantier et c’est rapide. J’ai lu sur les forums que certains préconisent de louer l’engin. Comme je fais ça pièce par pièce, à mon rythme, si je devais louer la ponceuse chaque fois que j’en ai besoin, ça finirait par me coûter plus cher que d’en acheter une. Je n’ai pas pris un modèle professionnel, mais elle est quand même garantie 5 ans. Après chaque utilisation, je la passe à la soufflette pour bien la nettoyer. Je pense que bien la nettoyer devrait permettre de prolonger le vie de cet outil.

Après ponçage, j’ai peint et nous avons choisi une peinture Biorox. On ne voit absolument aucune trace de rouleau. Même si cette peinture n’est pas bon marché, je ne regrette pas de l’avoir achetée. Je me souviens des peintures que j’ai utilisées dans notre précédente maison. J’avais beau essayer de toutes les façons, on voyait toujours les traces de rouleau. Avec celle-là, on peut même faire une retouche sans qu’on la voie.

Pour le placard (et pour le placard sous l’escalier), nous avons acheté des meubles à monter chez Ler..-Mer..n. Nous n’en reprendrons plus. C’est cher pour ce que c’est. Je suis persuadé que si j’étais allé chez Bric.-dé.ôt, j’aurais payé moins cher et que ça n’aurait pas été pire. Les prochains placards, je les ferai comme j’avais l’habitude de faire: des rails et des étagères que je me fais moi-même en bois plein. Au moins, je peux choisir la hauteur de mes étagères. Là, il a fallu acheter des panneaux à couper (pas tout à fait la même couleur) pour faire des étagères supplémentaires. Je ne comprends pas comment des ingénieurs peuvent créer de placards avec des étagères aussi espacées. C’est pour des vêtements. On ne met pas 50 cm de vêtements superposés les uns sur le autres.
Enfin, c’est fait. On verra ce que l’on fait lorsqu’on mettra le plancher final. C’est la première pièce quasiment terminée.
A suivre : les WC du haut, l’enduit de finition du placard de la chambre est, de façon à pouvoir finir la cloison de la salle de bain et attaquer celle-ci. Nous avons quasiment choisi baignoire et meuble double pour lavabo, ainsi que les carrelages au mur. J’espère que lorsque les enfants viendront à Noël, on pourra utiliser la baignoire, même si la salle de bain n’est pas complètement terminée.

 

Encore un chantier participatif

une partie des participants au travail

une partie des participants au travail

Lors du chantier participatif de mi septembre pour l’enduit de finition de la façade, le samedi soir, Luc m’a demandé si j’allais faire bientôt un autre chantier avec du Terre-Paille-Chaux (TPC). J’ai sauté sur l’occasion et on a pris les agendas. On a fixé la date du 18 octobre. Luc est le frère de Danièle, celle qui amène un beau et bon gâteau chaque jour où elle vient travailler sur le chantier.  Agnès, l’épouse de Luc s’est jointe à lui, ainsi que Danièle et Alain et Martine qui nous ont déjà donné plusieurs coups de main.Le lendemain, Olivier m’a posé la même question. Je lui ai proposé de se joindre au groupe du 18/10. Ce qu’il a fait, avec sa femme, Christèle. Et Danièle, qui est une fana de notre chantier a donné envie à sa cousine de venir se joindre à nous. Catherine est donc venue l’après-midi. Nous avons donc été jusqu’à 10 pendant un moment. Olivier et Christèle n’ont pas pu rester jusqu’au bout

J’avais prévu de faire le mur sud de la bibliothèque et les murs est et sud de la chambre à l’est. Au début, je me suis demandé si on allait y arriver. Eh bien oui… enfin presque, car il a fallu que je reprenne une partie du mur sud, sur lequel il manquait une bonne épaisseur d’enduit, ce que j’ai fait aujourd’hui, près de 2 semaines plus tard. Il y avait déjà eu une belle couche d’enduit sur ce mur, mais comme les murs vont en se rétrécissant vers le haut, il a fallu corriger ce dévers. J’ai quand même utilisé quasiment deux grosses bétos de matière. Maintenant, on va laisser sécher jusqu’au beaux jours, avant de faire l’enduit de finition. C’est quand même mieux lorsqu’on peut ouvrir les fenêtres pour aérer et évacuer toute cette humidité.

Entre le chantier et aujourd’hui, on a eu nos petits-enfants pendant une semaine. Je ne dirais pas que ce sont des vacances car il faut s’occuper d’eux mais ça change du chantier. De ce point de vue-là, c’est pas mal. Il faut se donner du temps si l’on ne veut pas se dégoutter du chantier.

Et j’ai aussi préparé une sorte de serre froide pour y mettre les plantes cet hiver. L’année dernière, on avait pu le mettre sous un auvent, dans du sable. Mais cette zone fait partie de la cour que l’on doit faire aménager cet hiver. Il a fallu trouver une autre solution et c’est Bernadette qui l’a trouvée. Le local à granulé a une avancée qui doit être fermée, un jour, notamment avec la porte des anciens WC extérieurs. J’ai fermé la façade nord avec de l’OSB, et pour fermer tout en laissant un maximum de lumière, j’ai mis un grand plastique sur la façade est. Dès qu’il y a du soleil, le matin, ce local sera vite chaud. Par contre, les jours froids et gris, la température ne sera pas bien élevée là dedans. Et ne parlons pas des nuits hivernales. Je mettrai peut-être une couverture devant le plastique pour limiter l’entrée du froid, lorsque la température descendra trop. On verra bien.

Mots-clefs