Chantier Façade Sud

Un gros chantier planifié de longue date avec Monique et Romain. Il fallait beaucoup de monde pour faire l’enduit de finition sur la façade sud (135m² après avoir décompté toutes les ouvertures). Les enfants, les neveux, les amis, tous ceux qui le pouvaient sont venus nous donner un coup de main. Au début, Monique avait noté sur son site qu’il fallait 20 stagiaires. Mais au vu de tous ceux que nous avions déjà « embauchés », elle a modifié son article pour limiter à 5 stagiaires. Nous étions donc 20 stagiaires le samedi et 18 le dimanche. En comptant les membres de la famille qui étaient là pour l’intendance et s’occuper des petits-enfants, on était 26 à table. Et heureusement, nous avons eu la météo la plus favorable: pas de pluie, mais pas un soleil écrasant. Des passages de nuages qui nous ont permis de ne pas crever de chaud. Car après la météo automnale du mois d’août, nous avons enfin un temps estival. Donc, quelques nuages pour cacher un peu le soleil quand on travaille plein sud, c’est pas mal.

L’enduit de finition a exactement la même formule que les enduits de finition en intérieur: 1 terre, 5 sables, 1/2 chaux. Ce qui change, c’est qu’en extérieur, on met de la chaux hydraulique (NHL2) au lieu de la chaux aérienne (CL90). On commence par envoyer à la truelle de petites quantité d’enduit sur le mur, puis on taloche de façon à bien écraser et étaler cet enduit qui fait moins de 1cm d’épaisseur. Une fois l’enduit un peu sec (en début d’après-midi pour le travail fait le matin), on passe une taloche éponge, pour parfaitement lisser les imperfections et les raccords entre les morceaux de chacun des stagiaires

Guillaume a posé dans la cour, un appareil photo prenant une photo toutes les secondes. Il a assemblé les films des deux jours et vous pouvez suivre l’avancement du chantier en accéléré sur 2 minutes. On voit clairement que le matin tout le monde est sur la droite de la façade et que le soir, on a largement dépassé la moitié, avant de réattaquer le lendemain matin carrément à gauche.

En fait, on a tellement bien avancé que le dimanche, une partie de l’équipe s’est occupé du mur nord de l’atelier. On ne le voit pas, puisque c’est celui qui se trouve face au mur sud de la maison, sur la gauche dans la vidéo. Et une fois l’enduit de finition de la façade sud terminée, ils ont attaqué le pierre-vue. Les maisons en pisé ont un soubassement en pierres, de façon à isoler le pisé (qui n’est que de la terre argileuse) de l’eau au sol. Le joints entre ces pierres étaient en aussi mauvais état que le pisé lui-même. Pour faire un pierre-vue, en quelques mots, il faut recouvrir toutes les pierres avec un enduit (plus grossier que l’enduit de finition de la façade) et ensuite frotter jusqu’à faire réapparaitre les pierres qui affleurent.

Et comme il restait encore du temps, on a fait aussi du terre-paille-chaux (TPC) sur le façade ouest de l’annexe (sur la photo de la vidéo, c’est à droite des chaises blanches et de la table ronde grise.

Comme chacun des chantiers participatifs, qu’ils soient encadrés ou non, il y avait une super ambiance, les participants étant tous intéressés par ces techniques et ayant une sensibilité assez écologique.

Mais ce chantier était notre dernier chantier participatif encadré. Les prochains chantiers participatifs seront de nettement plus petite envergure. Il reste à faire des bouts de murs dans les pièces. Et chacun de ces murs peut être fait indépendamment des autres, ce qui n’était pas le cas de la façade sud, où il était impératif que tout soit fait dans la foulée, de façon à ce que l’on ne voit pas de raccords entre les morceaux enduits par chacun des participants. Donc, pour les prochains chantiers, nous serons nettement moins nombreux, et on ne fera qu’un jour, pas deux d’affilée.

Avec un groupe d’amis qui était là samedi, on a déjà planifié le samedi 18 octobre. Un des participants ne connait pas la technique du TPC et il doit en faire chez lui. Les autres se sont joints à lui pour nous aider. J’ai prévu que l’on fera le TPC des murs restant à faire à l’étage. (7m² dans la bibliothèque et à peu près le double dans la chambre à l’est).

la façade sud une fois terminée, sans échafaudage, et les volets remis en place

la façade sud une fois terminée, sans échafaudage, et les volets remis en place

Voici, un mois plus tard, la photo (en fait un photo montage de 2 photos).

J’ai attendu pour mettre cette photo car je voulais que les volets soient remis en place, or il fallait faire les finitions, comme peindre les ferrures qui étaient noires d’origine et que je n’avais pas peintes en même temps que les volets, parce qu’elles n’étaient pas montées sur les volets et que je ne savais pas trop comment les peindre ou plus exactement comment les manipuler et les poser une fois peintes? C’était plus facile une fois montées.

On voit aussi sur cette photo la marquise terminée. Après les pluies de ces derniers jours, je peux dire qu’elle est efficace. Mais on n’a pas eu une pluie battante avec vent du sud très fort. Mais déjà, quel plaisir de ne pas être sous la pluie en ouvrant la porte.

Maintenant que la façade sud est faite, ainsi que la façade nord de l’atelier, on va pouvoir s’occuper de la cour. On veut pouvoir planter un arbre et faire une terrasse. C’est la raison pour laquelle on voulait absolument terminer cette façade, alors même que l’intérieur n’est pas terminé et loin s’en faut.

Pause santé et divers

Pas de message pendant plusieurs semaines. Il faut dire qu’après le chantier TPC de la façade sud, je me suis trouvé bloqué et que je n’ai pas pu travailler pendant 3 semaines. Bernadette a eu beau me faire des séances Feldenkrais, je n’arrivais pas à me débloquer. Une jeune voisine m’a parlé d’un rebouteux habitant à 5mn à vélo de chez moi. J’ai hésité mais j’étais trop handicapé pour ne pas tout tester. Ah, ça n’a pas duré longtemps. Il lui a suffi de 10mn pour me débloquer. La douleur n’est pas partie dans l’instant, mais j’ai senti que je pouvais à nouveau bouger normalement. En en parlant autour de moi, tout un tas de gens le connaissaient et tous ne m’en ont dit que du bien et regrettaient de ne pas m’en avoir parlé plus tôt. Maintenant, je sais que si ça se reproduit, je n’hésiterai pas à retourner le voir.

Il a fallu du temps pour que la douleur s’estompe complètement. Et après, je n’avais pas beaucoup de courage pour me remettre à l’ouvrage. J’ai fait des petits chantiers, mais vraiment que des broutilles. Et puis il y a eu la pause petits-enfants. Une semaine sans travailler. Et après, toujours pas l’envie de me lancer dans de gros trucs. Depuis une semaine, ça y est, j’ai à nouveau attaqué. Avec Bernadette, nous avons posé les terres cuites dans la salle d’eau du bas, et j’ai posé le bâti support des WC du haut, avant de finir la cloison du placard de notre chambre. J’ai aussi passé un enduit de finition sur le mur nord du dessous de l’escalier. Demain je passe la taloche éponge et je fais le badigeon à la chaux. Et on pourra envisager d’acheter des étagères et penderie pour aménager ce rangement sous l’escalier.

Je vais m’attaquer au mur du placard côté est, de façon à pouvoir fermer ce placard et avancer la salle de bain qui se trouve contre le mur du placard. Deux personnes m’ont demandé de leur montrer comment rénover des murs en pisé. Je vais leur proposer de me donner un coup de main sur le TPC. Ça leur permettra de mieux appréhender la technique du TPC et peut-être, s’ils le souhaitent, de l’enduit de finition.

Préparation de la façade sud + divers petits chantiers

Un gros chantier est prévu le second weekend de septembre: il faut qu’on trouve 18 participants pour faire l’enduit de finition sur la façade sud, soit 135m² net (une fois enlevées les surfaces des fenêtres et portes). Qui dit enduit de finition dit enduit fin, moins d’un cm d’épais. Or la façade et très abimée. Par endroits il manque entre 10 et 20cm de terre.  Heureusement, ce n’est pas le cas partout. Sur la plus grande partie, il n’y a que quelques cm à combler. Pour combler tous ces manques, on met du Terre-Paille-Chaux. Jamais plus de 5cm d’épais à la fois, sinon, il y a risque de voir tout ce que l’on vient de mettre se retrouver par terre. Mais comme je mets de la chaux hydraulique, le TPC prend assez vite et on peut passer une couche supplémentaire quelques heures après la ou les précédentes.

Corps d'enduit sur la façade sud

Corps d’enduit sur la façade sud

Le but du jeu, c’est de rendre la surface à peu près plane. Ce n’est pas grave si on voit les raccords entre ce qui est fait un jour et ce qui est fait le lendemain. Tout ça disparaîtra lorsqu’on mettra la couche de finition. Question couleur de la façade après enduit de finition, ça devrait ressembler à la partie droite de la photo. On doit faire des tests, mais à priori, on fera l’enduit à base de terre, de sable et de chaux. Le même dosage que l’enduit de finition à l’intérieur, mais à base de chaux hydraulique NHL2 et non de chaux aérienne. La terre, c’est le pisé que j’ai gardé et le sable, j’en ai déjà parlé, c’est celui qui a été extrait du sol lorsqu’on a enterré la cuve de récupération des eaux pluviales. 1 terre pour 5 sable. alors que pour le TPC, il y a autant de terre que de sable. Ça devrait donc être un peu plus clair

J’ai commencé il y a deux semaines et j’ai fait ce qui est sec à droite sur la photo. Quand je dis que j’ai passé deux semaines, ce n’est pas tout à fait vrai. Le mardi, entre le cours Feldenkrais donné par Bernadette le matin et ma répétition de pupitre pour la chorale l’après-midi, je ne travaille pas sur le chantier, mais je vais faire les courses dont j’ai besoin. Et le 1er weekend, nous avions un weekend de travail choral. Vendredi dernier, nous avions invité des amis à déjeuner. Ah et j’ai oublié les deux jours où l’on a posé des terres cuites avec Bernadette. Tout ça réduit d’autant le nombre de jours passés à faire de l’enduit.

Samedi, j’avais deux dames, novices et dont c’était le tout premier chantier participatif. Elles ont eu quelques pbs de circulation pour venir et ont dû partir relativement tôt. Comme c’était leur toute première fois, elles ont découvert la technique. A deux elles ont dû faire 1,5m². C’est peu, mais c’est ça de moins à faire.

Hier, Pierre et Vincent, mes fidèles amis, sont venus me donner un coup de main et on a fait en une journée ce que j’ai fait seul en deux semaines (ce qui est humide sur la photo). On voit qu’ils ont l’habitude. La différence, aussi, c’est que lorsque je suis tout seul, je prépare la bétonnière, je monte et je descends pour prendre les seaux de TPC. Avec eux, j’ai très peu fait de pose d’enduit, car j’ai assuré la logistique du chantier, à savoir préparer les bétonnières, charger les seaux lorsqu’ils étaient vides, et on a utilisé une corde pour les monter. Donc, Pierre et Vincent ont étalé du TPC toute la journée alors que moi j’ai dû en faire moins de 1m². On a fait 6 grosses bétonnières. Lorsque je suis seul, j’en fais une et demie voire deux lorsqu’il y a vraiment de gros trous à boucher.

Bernadette était, une fois de plus, à l’intendance et le repas était bien agréable, avec les cerises apportées par Vincent pour dessert. Je me suis gavé de cerises. Les premières de l’année. Nos cerisiers sont des tardifs et on ne devrait pas en avoir avant une quinzaine de jours.

Le 6 juin, j’ai d’autres amis qui vont venir mais eux aussi, à l’exception de Danielle, n’ont pas l’habitude de ce type d’activité. On verra bien comment ça aura avancé. Vincent viendra probablement me redonner un coup de main lundi prochain. Et si après le chantier du 6 juin, il reste une belle surface à faire, Pierre et Vincent reviendront me donner un dernier coup de main.

Pour en revenir au titre de cet article, il est question de petits chantiers. J’en ai déjà glissé un mot: avec Bernadette, nous avons posé les terres cuites dans le local sous l’escalier (environ 5m²) et dans le local technique. En fait, c’est Bernadette qui pose. Moi je suis à la logistique, et là encore, c’est la bétonnière. J’apporte les seaux et les terres cuites à Bernadette mais c’est elle qui fait les niveaux, qui étale le mortier de chaux et qui pose les terres cuites. Elle prend les mesures pour les découpes et je les réalise. Elle fait aussi les joints et les nettoie. Et c’est très bien comme ça. Bernadette est peut-être plus perfectionniste que moi pour la pose mais par ailleurs, elle n’a encore jamais utilisé la bétonnière. Manipuler les seaux de terre ou de sable, c’est quand même fatiguant à la fin de la journée. Je ne sais pas si elle aimerait que l’on inverse les tâches.

 

Suite de la formation Oïkos : les enduits

le mur ouest de la chambre du haut à gauche

le mur ouest de la chambre du haut à gauche

Après les deux jours passés à monter les cloisons de la chambre à l’est (on y voit le Mont-Blanc les veilles de pluie – c’est magnifique, même si ça ne vaut pas la vue que l’on peut avoir lorsqu’on habite plus près), les stagiaires d’Oïkos ont attaqué, pour deux jours,  les enduits sur les murs en pisé. Ils étaient encadrés par Monique, co-présidente d’Oïkos et par Romain, salarié d’Oïkos. Cette fois-ci, les deux compères intervenaient à ce titre, et non au titre habituel d’encadrants de chantiers participatifs.
Corps d’enduit sur certains murs et enduits de finition sur les murs où l’on avait déjà fait du corps d’enduit. Le corps d’enduit, c’est encore une fois du Terre-Paille-Chaux, et sur une épaisseur de plusieurs cm. dans notre cas, c’est 5 cm sur les murs sud mais entre 1 et 3 cm maxi sur les autres murs. Sur les murs sud, le corps d’enduit sert à la correction thermique. On ne veut pas isoler ce mur de façade par l’extérieur mais la correction thermique permet de ne pas (ou de moins) ressentir le froid sur les murs intérieurs en hiver. Au printemps et à l’automne, on veut que les calories apportées par le soleil sur cette façade puissent quand même être utiles pour l’intérieur.
Les enduits de finition ne peuvent se faire que sur des murs en bon état, d’où, la plupart du temps, la nécessité de redresser le mur par une couche de corps d’enduit. Un enduit de finition ne dépasse pas le cm en épaisseur.

Le mur du haut de l'escalier

Le mur du haut de l’escalier

Pour qu’il y ait assez de surfaces de façon à entrainer les stagiaires aux enduits de finition, j’avais préparé des murs dans les semaines qui ont précédé. Notamment le mur du haut de l’escalier et le mur nord du couloir de l’étage. Voici le résultat après l’enduit de finition. Certes, d’en bas, on ne voit pas le rendu, mais pour nous qui avons vu ce mur dans son jus depuis plus de 3 ans, quel changement.

Et les deux chambres à gauche ont bien avancé. Les murs dont on avait fait le corps d’enduit en mars 2013 ont été recouverts de l’enduit de finition. Les autres ont été recouverts du corps d’enduit.

Le mur nord du couloir de l'étage

Le mur nord du couloir de l’étage

En regardant les images au format réduit, je me dis que l’on ne voit vraiment pas grand chose du rendu. En cliquant sur les photos, elles peuvent être agrandies, et on voit mieux. Pour ceux qui ne connaissent pas la maison, c’est difficile de s’imaginer ce que ça peut donner.

Nous avons utilisé le sable et la terre de chez nous. Le sable, très fin (du 0/0) vient du trou qui a été creusé pour mettre la cuve de récupération des eaux de pluie. Sous 1,50m de glaise, il y avait ce sable extrêmement fin. La terre, c’est le pisé qui vient de la création de toutes les ouvertures. J’ai écrasé les gros morceaux, tamisé le tout et on obtient avec cette terre et ce sable une crème très agréable à travailler.

En tous les cas, ces quatre jours passés sur notre chantier par les stagiaires d’Oïkos nous ont fait gagner plusieurs semaines sur nos travaux.

Le prochain grand chantier, ce sera l’enduit de finition sur la façade sud. Il se déroulera le deuxième weekend de septembre. L’annonce paraîtra sur le site de Monique qui va encadrer le chantier, avec son compère Romain. Elle paraitra aussi sur le site d’Oïkos et je passerai une annonce sur le forum des Castoers Rhône-Alpes dont je fais partie. Mais pour faire l’enduit de finition, il faut qu’auparavant, j’ai redressé le mur. Donc un gros travail de préparation en perspective, avec de nombreuses bétonnières et des tonnes de Terre-Paille-Chaux à préparer et à monter jusqu’en haut de l’échafaudage. Je ferai peut-être de petits chantiers avec quelques amis pour ne pas faire que ça d’ici la mi-septembre. Sinon, notre intérieur n’avancera pas.

Chantier Formation Oïkos

Voilà, après plusieurs semaines où j’ai passé du temps à préparer le chantier, il a commencé.

montage de la cloison de la chambre 2Le matin, Arnaud Mounier (sté Coteco), animateur dans l’association Oïkos, a présenté les techniques qui allaient être utilisées et jusqu’en fin de journée, les stagiaires ont avancé plutôt lentement le montage des cloisons. Mais c’est comme ça à chaque début de stage : il faut s’approprier les techniques, bien regarder, vérifier que l’on fait bien, avant d’être pleinement opérationnel. Donc pose des lisses basses en s’alignant sur les lisses hautes que j’avais posées (il le fallait pour passer l’électricité par les combles avant de faire l’isolation par les combles (je rappelle : 48 cm de ouate de cellulose soufflée). Ensuite les montants verticaux et surtout, on commence par poser la porte, en faisant bien attention au niveau du sol. J’ai découvert lorsque j’ai posé les cloisons de notre chambre qu’il y avait 1,5cm de différence de niveau entre le début du plancher, vers le seuil, jusqu’au bout de la cloison est-ouest. On est à plus de 2 cm au niveau de la porte de la chambre 2. Ça va me compliquer la tâche lorsque je vais avoir à poser le plancher final car il faudra mettre des cales de plus en plus épaisses pour rattraper le niveau, mais d’un autre côté, plus il y a de hauteur, plus il y aura d’isolant phonique, meilleure sera l’isolation phonique entre étage et RdC.

Découpe du fermacellAprès la pose de la porte et des premiers montants, Arnaud a montré la découpe des plaques de fermacell. Il utilise une scie plongeante sur rail. Un guidage parfait avec une profondeur de coupe réglable. Il pose tjs la plaque à découper sur une autre. Une fois passé la scie, il n’y a aucune marque sur la plaque du dessous. Vraiment une très belle découpe.

J’en ai appris sur la technique. J’aurais dû suivre un stage de pose de fermacell. Je me compliquais la vie et j’avais nettement plus de pertes que lui. Normal, c’est un vrai pro et on sent qu’il aime transmettre son savoir et guider ceux qui le souhaitent pour qu’ils fassent du beau travail.

Le premier soir, on était un tout petit peu déçu par le niveau d’avancement du chantier, mais le lendemain matin, Arnaud et Romain (intervenant en tant que salarié d’Oïkos), étaient là à 7h15 pour avancer un peu la pose des panneaux de fermacell avant la venue des stagiaires, et aussi pour préparer la machine à insuffler la ouate humide.

la cloison de la chambre 2 et la porte de la SdBA l’arrivée des stagiaires, tout était prêt pour la projection de ouate. Après une démonstration, chaque stagiaire a pris le tuyau pour projeter la ouate entre les montants. Comme j’avais fait la cloison de notre chambre, il y avait toute la surface à utiliser pour l’entrainement. Je n’ai pas pris de photo car il y a trop de poussière pour que l’on voit quoi que ce soit de publiable. Pendant ce temps-là, une équipe (ils ont tourné, ce n’étaient pas tjs les mêmes) continuait à monter les cloisons. A la fin de la journée, les deux cloisons de la chambre 2 étaient finies, l’insufflation terminée dans tous les caissons disponibles, et on le voit sur cette photo, la porte de la salle de bain était posée. Il me restera à monter la cloison entre placard du fond et salle de bain, ainsi que le petit placard vers l’entrée de la salle de bain. Et bien sûr, à poser la seconde face des cloisons lorsque la ouate sera sèche, dans une ou deux semaines.

A la fin de ce chantier de deux jours, nous étions bien émus, Bernadette et moi, de voir l’avancement du chantier. On voit vraiment, maintenant, la composition de l’étage, ce ne sont plus uniquement des traits au sol, mais bel et bien des pièces cloisonnées. Cette équipe de 14 stagiaires bien encadrés nous a fait gagner plusieurs semaines de travail.

Demain et après-demain, ils continueront à nous aider en faisant du Terre-Paille-Chaux et des enduits de finition sous la houlette de Monique et Romain. Je ferai un autre article pour présenter ce chantier.

Mots-clefs