combles perdus

Combles: étanchéité à l’air et isolation

les combles avant la ouate

les combles avant la ouate

Un long travail de préparation avant l’insufflation de la ouate de cellulose. J’ai d’abord installé la VMC double flux. On voit sur la photo les tuyaux bleu qui servent à l’insufflation  et à l’aspiration. Ensuite, Gérard m’a aidé à tirer toute l’électricité de l’étage passant par les combles. J’espère que l’on n’a rien oublié car plus question, maintenant, de tirer une nouvelle gaine. Ensuite, j’ai posé le film frein vapeur. C’est ce que l’on voit au sol. La liaison entre les lais se fait avec un scotch bleu qui tient sacrément bien (j’ai tellement usé mes jeans aux genoux que pour les rapiécer j’utilise ce scotch et même près plusieurs passages en machine, le scotch tient toujours super bien. Ce sont des produits allemands (ou autrichien) et ils ont travaillé depuis des décennies sur les produits d’étanchéité à l’air de façon à obtenir des produits très performants. J’ai chois la marque Proclima car ils proposent un freine vapeur et non un pare vapeur. Dans une maison comme la notre, qui respire (le pisé a besoin de respirer), pas question de mettre un pare vapeur qui bloquerait l’humidité dans la maison, alors que le freine vapeur la laisse passer vers les combles. Comme les combles sont aérés (mais pas trop), l’humidité peut ensuite s’échapper dans l’air des combles.

Pour que l’étanchéité soit complète, il faut impérativement que le film soit fixé aux murs. J’avoue que je me demandais avec inquiétude comment j’allais pouvoir fixer le film sur le pisé. Pas de pb avec les produits de Proclima, il y a un primaire qui permet de solidifier les murs poudreux. Passé avec un pinceau (les deux pinceaux sont partis à la poubelle à la fin). Là dessus, un boudin d’un produit permettant de coller le film étanche au mur. Et ça tient. Je n’ai pas essayé de tirer dessus comme un malade, mais comme maintenant c’est tout caché par la ouate et qu’on ne va plus marcher dessus, il n’y a pas de risque de décollement.

Comme on a fait projeter 48cm de ouate de cellulose, et qu’il faut bien que je puisse accéder à peu près partout dans les combles, je me suis fait des chemins. Des pieds de 50cm de haut, un cadre dessus, le tout fixé avec des équerres (aussi fixé au sol avec des équerres) et par dessus de l’OSB. Certes, il faut faire de la gym et se déplacer à 4 pattes, mais j’ai accès à la VMC, à la nourrice des radiateurs, aux deux boitiers électriques et je peux voir l’état de la charpente partout.  Une fois que la ouate se sera tassée, il devrait rester un peu plus de 40cm. Bien plus que ce que préconise la RT2012, mais conforme à la future  RT2020.

Pour finir, j’ai fait un cadre autour du tuyau de cheminée (on a projeté de la laine de roche en flocons) et un cadre pour l’échelle escamotable. Chacun de ces cadres fait 50cm de haut. Je n’ai pas mis de photo de la ouate projetée car on ne voit rien, si ce n’est que la ouate arrive quasiment au ras de mes chemins de passage (j’en déduis qu’à certains endroits, il doit y avoir 50cm de ouate).

Depuis que la ouate a été insufflée, nous avons sacrément senti la différence. Alors qu’avec les radiateurs sur 3  (et fonctionnant à longueur de journée), il faisait à peine plus de 18° à l’étage avant isolation, maintenant les radiateurs sont toujours sur 3, mais chaque fois que je les touche ils sont froids et il fait 20° à l’étage. Et plus de bruit venant de l’extérieur. On entendait les tracteurs, le bruit de fond de l’autoroute par vent du sud ou est, les tracteurs, la pluie sur les tuiles. Maintenant, c’est calme. Comme la VMC est très silencieuse, les seuls bruits que l’on entend sont nos acouphènes.

Mots-clefs