Archives mensuelles : mars 2011

Ouverture entre « salon » et étable

Comme prévu, ce week-end, Thierry est venu donner un coup de main à Christophe. Ensemble, ils ont préparé et réalisé une ouverture entre le futur salon et la future cuisine, c’est-à-dire entre la pièce qui servait de stockage et l’étable.

Le linteau provisoire est mis en place.

Vu du côté de l'étable

Une planche insérée dans le mur est mise à jour. Elle devait servir à répartir la charge, mais sa présence va quelque peu gêner le travail.

La préparation prend toute la matinée. Le pisé est ensuite découpé et voilà enfin une idée du volume salon, salle à manger et cuisine. La différence de niveau est d’environ 17 cm. Autant de moins à décaisser coté étable, car nous mettrons l’ensemble au même niveau.

côté salon

L’ouverture permettra aussi de ventiler les pièces et de sécher les murs.

 

 

 

 

 

 

 

Pour les mêmes raisons, un petit trou circulaire (ce qui évite d’avoir à prévoir un linteau) est percé dans le mur sud. Le soleil peut rentrer dans la maison et commencer à donner une idée de la lumière qui sera apportée par la future porte-fenêtre côté sud.

un hublot de soleil

 

 

 

 

Le plancher du fenil est étayé par précaution pour qu’il ne nous tombe pas dessus, mais il est appelé à être démonté et remplacé.

Week-end de travail

Le chantier devrait progresser ce week-end.

Il est prévu que Christophe et Thierry réalisent une ouverture dans le mur qui sépare le « salon » de l’étable. A terme, ce mur disparaitra, en partie ou en totalité. Pour le moment l’ouverture permettra de mieux ventiler en faisant circuler l’air, de continuer à évacuer l’humidité et surtout de vérifier les différences de niveaux.

Au potager les crosnes sont plantés ainsi que des pieds de framboisiers, nous avons commencé à désherber le coin sud méchamment envahi par le chiendent (il faudra encore de nombreuses heures de travail  pour cet arrachage) et démarré la réalisation de  2 lasagnes….

 

Les travaux de février

Petit à petit les enduits indésirables disparaissent, le pisé apparait.

Dans la petite pièce du fond, bien « propre », le déshumidificateur retire chaque jour 5l d’eau.

Les murs de l’ancienne cuisine sont à nu et Christophe commence à s’attaquer à l’étable.

Une fois la fenêtre métallique ôtée, le volet bois décoincé, la lumière pénètre dans la future cuisine. Christophe a déblayé le sol, évacué les saletés et commencé à enlever les planches de la mangeoire, les poteaux métalliques qui délimitaient l’emplacement des bêtes.Mais pour le moment, avec les barreaux aux fenêtres, la grisaille,  la pièce ressemble plutôt à une prison. Ou, plus positif, à Fort Boyard, à cause des toile d’araignées qui décorent le plafond plancher en train de s’effondrer.

Christophe a profité du passage des garçons  pour sortir du fenil les terres cuites bombées posées au-dessus de la pièce que nous croyions être le salon mais qui en fait servait de lieu de stockage des pommes de terre et des betteraves pour nourrir les animaux !

Les terres cuites (environ 28 m²) ont été descendues et sont maintenant stockées sur une palette, en attendant de décider de leur devenir.

Après plusieurs essais, comme il était impossible à déplacer, les enfants ont cassé et évacué l’abreuvoir en béton qui était dans la cour. Une vieille cuve de récupération de 1000l  l’a remplacé sous la gouttière.

Le beau temps nous a aussi  permis d’évacuer une bonne partie de la vigne vierge arrachée depuis plusieurs semaines, en l’apportant à la déchetterie. Elle sera ainsi revalorisée en compost au lieu d’être inutilement brûlée. Il reste encore le tas au milieu du potager, de quoi remplir  2 remorques, mais le déchargement peut se faire seul, plus facilement que l’évacuation des gravats. Ce sera une occupation pour la semaine à venir.

Mots-clefs