Démolition

Reprise

L’hiver n’est pas terminé, mais les températures sont bien remontées. Le compresseur peut à nouveau fonctionner et je reprends l’ingrate tâche de gommage des jambages, les pieds dans le sable, la tête sous la cagoule. La visibilité est assez limitée, le plastique de la visière se raye rapidement malgré une petite grille de protection.

C’est avec stupeur que nous avons remarqué aujourd’hui la même peinture, mais en fine couche, sur les montants extérieurs de la fenêtre de la chambre du haut.

Nous aviserons ultérieurement. Pour le moment je souhaite avancer le travail au rez de chaussée afin de  pouvoir ensuite finir d’enlever les dernières terres cuites puis casser la dalle de l’ancienne cuisine. C’est,en effet, plus facile de balayer le sable tant que la dalle est présente.

Cm après cm, le travail progresse et la pierre retrouve sa couleur d’origine. Autour des fenêtres les pierres ne sont pas bien belles et nous prévoyons de les cacher avec  enduits et tablettes en bois pour supprimer les sensations de froid.

Pendant ce temps Christophe s’attaque à la dernière fenêtre côté sud. Lui aussi fait beaucoup de poussière

 

 

Ouverture d’une des fenêtres du sud

Un échafaudage permet de travailler en sécurité.

Préparation des trous pour les montants

La façade sud a été construite en plusieurs étapes et une jonction tombe juste au niveau de la fenêtre. Christophe va renforcer la structure à l’aide de métal inclus dans le pisé.

Et voilà!

Bon, 10 jours séparent la 1ere et la dernière photo. Mais vu le nombre d’ouvertures à réaliser, le rendement va probablement augmenter.

Ensuite Christophe s’attaque au démontage complet du plancher.

Ne restent que les 2 poutres anciennes

Et ce lundi, lendemain de Noël, des amis et Pierre-Louis viennent décaisser une partie du bâtiment, celle accessible aux engins et là où nous avons déjà cassé les dalles.

La mini pelle en action.

Le chantier, prévu sur 2 jours est quasi terminé le premier soir. Ne restent que les grosses pierres de la base du mur intérieur, qui nécessiteront certainement une journée complète de piqueur.

 

Je ne fais pas que prendre des photos…

Même si je suis moins présente et active que Christophe, je participe à la hauteur de mes possibilités. Les terres cuites du salon sont (enfin) décollées, lavées et stockées en attente de réutilisation.

La fin d'un long chantier

Celles de la petite pièce sont peintes en rouge et collées au ciment. Je ne sais pas encore si je pourrais les récupérer. Elles sont en meilleur état que celles que du « salon » mais risquent d’être très difficiles à décoller et à nettoyer.

Je continue aussi le décapage de la peinture grise plastifiée, abondamment passée sur toutes les pierres. Elle est très résistante, incrustée dans les reliefs des pierres bouchardées. Après quelques heures de décapage thermique minutieux, le sablage permet le nettoyage final, sans trop abimer la pierre . Le rendement est faible, c’est  du travail de fourmi, assez décourageant car je n’ai pas l’impression d’avancer.

Où en sommes-nous ?

Etat des lieux après 2 semaines « d’ abandon  » du chantier: entre les contraintes familiales, les chantiers chez les amis ou pour apprendre des techniques que nous aurons l’occasion de mettre en œuvre ultérieurement….

La toiture de l’atelier est toujours bâchée, en attente d’un chantier pose de tuiles. La gouttière toute neuve évite le ruissellement le long des murs et canalise l’eau de pluie vers l’évacuation de la cour.

La porte-fenêtre du salon est terminée. Christophe a adapté une vielle poutre récupérée. Il a fallu la tailler à la disqueuse.

Elle a trouvé sa place en linteau.

D’autres poutres plus petites complètent la partie intérieure.

De mon côté j’ai abandonné momentanément le décapage des pierres, tâche très ingrate, pour reprendre la récupération des terres cuites du salon.


Encore 2 m² sur la gauche...

 

Fin du chantier aujourd’hui!

Mais beaucoup de carreaux sont abimés, ébréchés, tâchés… Pour le moment, après nettoyage au karcher, les terres cuites sont bien rangées, en attendant de les retrier pour un éventuel recyclage… dans quelques mois.

Après le salon, il reste 1 m² dans l’entrée puis les 15 m² de la petite chambre. Elles sont moins abîmées mais hélas peintes en rouge vif.  A suivre…

Ouverture de la fenêtre du salon

La fenêtre sera transformée en porte-fenêtre.

La première étape consiste à enlever les pierres. Les jambages seront remontés en briques et béton cellulaire pour supprimer les ponts thermiques. Une journée de travail pour réaliser un trou béant qui m’impressionne beaucoup.

Bon, c’est bien étayé, dans les règles de l’art, mais il faut maintenir reconstruire. La pose de la première pierre nécessite beaucoup de réflexions, prise de niveaux, etc…

Guillaume est venu aider son père

Discussions, mesures, à deux c’est plus facile. Mon oeil de néophyte permet parfois de poser la « bonne question » et de mettre en évidence ce qui a été oublié….

 

 

 

Guillaume fignole à la disqueuse

 

Pendant ce temps je continue à décaper la cheminée. Un vrai travail de fourmi, il reste toujours ça et là quelques traces microscopiques de peinture grise ou rouge. J’ai arrêté le sablage pour le week-end, le compresseur est trop bruyant et il faut alterner, c’est pénible, surtout de ne pas voir très nettement ce que l’on fait  à cause de la cagoule de protection.

 

 

Mots-clefs